brume fAprès avoir parcouru cette page, vous connaîtrez un peu mieux la Corse et j'espère que je vous aurais donné envie de la connaître encore mieux. Vous y trouverez quelques informations, des images et des liens vers d'autres pages WEB qui traitent de la Corse.

Mais, la meilleure façon d'apprendre à connaitre cette île est encore de venir la découvrir sur place.

Pour découvrir la Corse, pour en connaitre ses secrets, il vous faudra la parcourir en long et en large, emprunter ses routes sinueuses, ses sentiers à travers le maquiscorsica1 et la montagne, boire à ses sources et vous reposer dans un refuge. La Corse est une montagne dans la mer, et les Corses sont avant tout des montagnards. Le paradoxe de cette île éclate avec ses 360 villages dispersés sur 8 681 km². Les villes et villages sont riches en monuments Romans parmi les plus beaux d'Europe, en églises baroques, tours gênoises, citadelles et ponts centenaires. Ici, les hommes et la nature ont rivalisé d'ingéniosité durant des siècles. La mer et la montagne assurent un contraste saississant à chaque virage. Le soleil rencontre souvent les sommets enneigés et l'air que vous respirez est celui de l'éternelle et belle Corse.

Un chef d'œuvre de nature surgi de la Méditerranée ...

Certains l'encensent, d'autres la discréditent.

La Corse favorise la démesure, l'affrontement, le drame, parfois.

Son histoire ressemble à sa géographie et il en de même pour ceux qui y sont nés : granitiques, secrets, Tumultueux. Indéchiffrables.

Venu de la nuit des temps, un adage m'obsède : "Un pays sans langue est un pays sans ordre". Nous, nous en avons une, de langue, et le désordre en plus.

Des civilisations, des envahisseurs se sont approprié cette terre privilégiée.

Les traces les plus visibles demeurent gênoises.

Impossible, ici, d'évacuer l'histoire.

Ne croyez rien de ce fatras d'idées. Effacez tout. Faites-vous une opinion par vous-même.

Vous découvrirez que la Corse vaut mieux que ce que l'on en dit, qu'elle vaut mieux que sa légende. Les îles sont des paradoxes, et celle-ci n'y échappe pas qui cultive la contradiction en virtuose.

Les îles sont une part des continents mais la Corse demeure résolument à part.

La vraie Corse n'est pas sur le pourtour des côtes que gardent - paisibles - les tours gênoises.

Les criques, les golfes, les plages interminables ont le charme de l'ailleurs, mais l'authentique est à l'intérieur, là où s'étendent les châtaigneraies, là où se dressent les montagnes, dans les villages qui s'accrochent à la terre pour ne pas devenir désert.

Et dire que des rires ont ricoché sur les murs de granit de ces maisons, aujourd'hui, délaissées.

Polyphonies d'absence...

Le sort des îles n'est pas si enviable que cela, la plupart ont la peau rêche.

Or, cette île-là quatre saisons durant - est un camaïeu de verts.

La température y est le plus souvent clémente, au point que le printemps vient y passer l'hiver et, l'un tempérant l'autre, la douceur perdure.

pozzi

Cinarca, Balagne, Agriates, Cap corse, Castagniccia, Casinca, Fiumorbo, à survoler mentalement ces régions, selon le trajet des aiguilles d'une montre, des paysages défilent séparés en leur milieu par l'arête des montagnes.

Qui veut réduire la Corse à une carte postale se trompe de focale.

Rudes, souvent, les coups de froid mordants, conjugués à des chaleurs implacables, ont fait la montagne sévère et la mer, bleu émail ou écumante quand l'hiver la bouscule, renvoie les insulaires à leur enfermement.

L'île convient bien à ceux qui ont l'âme à vif. Impossible de tout voir, même si l'on se réfère au guide qui vous désigne d'une étoile les sites remarquables. Impossible de tout voir assurément.

Pourtant, imprégnez-vous de Corte, cette métaphore de pouvoir, poussez jusqu'à Tralonca. Regardez, loin, la mer depuis le Capo Rosso.Parvenu au Cap corse, cette passerelle marine, vous pourrez méditer comme ces vieux sages, assis sur des murettes, qui aiment la philosophie parce qu'elle est la volupté de penser.

Voyez Centuri, voyez Sant'Antonino dans la Balagne où poussent les oliveraies, et Bonifacio, ce lieu où se finit la terre.., et Sartène, et Porto-Vecchio, et Girolata, et les chapelles romanes disséminées, et les aiguilles offensives de Bavella, et la plage irréprochable d'Arone, près de Piana...

rocher

J'arrête là mon inventaire, il me faudrait une anthologie pour faire le tour de ce musée imaginaire dont je porte en moi chaque pierre, chaque arbre.

Sillonnez-là le plus possible, cette île...

C'est vrai, je vous l'accorde, "il faut se la gagner", la Corse, résister au tournis des routes, aux sentiers de chèvres, aux falaises abruptes, aux précipices qui vous attirent mais, parvenu au bout du chemin, respectez-là, car si elle demeure à peu près intacte, c'est que nombreux sont ses habitants qui se sont battus et continuent de se battre pour la préserver, pour qu'elle demeure ce chef d'oeuvre de nature surgi de la Méditerranée et qui porte un nom qui lui ressemble : Corsica.

Jérôme Camilly

Journaliste-écrivain

Une partie méconnue de l'histoire de Corse.

En 1732, au couvent d'Orezza, une consultat de patriotes proclame l'indépendance de l'île de Corse. Giacintu PAOLI rédige un prohet de constitution dont le préambule décrète pour la première fois dans l'histoire de l'humanité : Les hommes naissent libres et égaux en droit, une phrase prémonitoire qui, un demi siècle plus tard sera reprise par tous les révolutionnaires du monde.

Les destin est en marche. Le 14 juillet 1755, Pasquale PAOLI est élu général des Corses à la Consulta Nationale de St Antoine de Casabianca.

La Corse devient une nation.

LE DRAPEAU CORSE

drapeau corse

Il y a une légende (ou est-ce la vérité ?) qui concerne la tête de maure, emblême de la Corse. Il est dit qu'au temps du royaume de Corse, un maure sauva la vie du roi d'un assassinat. En remerciement, le roi ordonna que le "tortil" (le bandeau blanc) qui couvrait les yeux de la tête de maure sur les drapeaux en signe de soumission, soit relevé sur le front.

Plus probablement, le 12 mars 1736 débarquait à Aleria un baron allemand "Théodore de Neuhoff" qui se déclara roi de Corse, son règne dura six mois... Sur son blason figurait une tête de Maure tournée vers la droite de celui qui la regarde, portant un bandeau sur les yeux, noué derrière la tête. La popularité de Théodore fut immense en Europe et désormais, la tête de Maure est connue de l’Europe entière comme le symbole officiel des armes de la Corse.

C’est avec Pascal Paoli que le drapeau à tête de Maure est devenu l’emblème officiel de la nation corse. Paoli a décidé de relever le bandeau qui, on l’a vu, était placé sur les yeux dans les armes de Théodore. Un mot de lui, cité par l’un de ses biographes, nous donne la raison de cette déclaration : " Les Corses veulent y voir clair. La liberté doit marcher au flambeau de la philosophie. Ne dirait-on pas que nous craignons la lumière ?

 

LA LANGUE CORSE

La Corse a sa propre langue, ci-dessous les cinq premiers articles de la déclaration universelle des droits de l'homme traduits en Corse.

Dichjarazioni Univirsali Di I Diritti Di L’Omu

Articulu prima :
Nascinu tutti l’omi libari è pari di dignità è di diritti. Pussedinu a raghjoni è a cuscenza è li tocca ad agiscia trà elli di modu fraternu.

Articulu 2 :
Di tutti i diritti è i libertà scritti in issa dichjarazioni, si ni pò ghjuvà ugnunu, senza sfarenza varuna di razza, di culori, di sessu, di lingua, di rilighjoni, d’upinioni, pulitica o altra ch’ella sia, d’urighjini naziunali o suciali, di ricchezza, di nascita o di qualunqua altra situazioni. Mancu si farà nisuna sfarenza partendu da u statutu puliticu, ghjuridicu o internaziunali di u paesi o u tarrotoriu duva ella campa a parsona, ch’ellu sia indipindenti issu paesi o tarritoriu, o puri cunfidatu ad una antra nazioni, privu d’autunumia o cù un puteri limitatu in calchì modu.

Articulu 3 :
Hà dirittu ogni parsona à a vita, à a libertà è à a sicurezza.

Articulu 4 :
In la schiavitù o in la sirvitù ùn sarà tinutu nimu ; sò pruibiti a schiavitù è u cumerciu di i schiavi in qualunqua forma.

Articulu 5 :
Un’sarà tinutu nimu, nè sottumissu à castichi o azzioni crudeli, inumani o vili.

Lien vers la banque de données de la langue corse.

TRADITIONS ET LEGENDES

- L'oeil de sainte Lucie

QUELQUES PHOTOS

Allez visiter ma galerie photo pour découvrir quelques unes de mes photos.

Derniers produits